Juste 100 %

Juste 100 %

Voici un exercice pour vous aider à faire face à la peur. Vous pouvez écouter le son en entier une première fois, sans vraiment faire l’exercice puis le réécouter une deuxième fois en faisant l’exercice. A ce moment appuyez sur pause chaque fois que vous en ressentez le besoin pour vous laisser le temps nécessaire.

Si vous préférez vous pouvez aussi lire le texte ci-dessous, c’est le même que celui qui est enregistré dans le fichier son.

Prenez une feuille de papier et notez dessus en vrac, tout ce qui vous fait peur… Sans réfléchir… Tout… Les peurs rationnelles… Les peurs irrationnelles… Ce qui est déjà arrivé et ce que vous craignez… C’est le moment de tout exprimer… Ce dont vous avez parlé de vive voix ou au téléphone avec des proches… Ce que vous n’avez pas encore osé dire à quelqu’un… Le pire du pire de votre peur.

Prenez votre temps, mais pas trop… Vous pourrez compléter après ou refaire l’exercice si besoin.

Maintenant, faisons un peu de mathématiques. Je sais que presque personne n’aime les mathématiques et que les mathématiques ne sont pas souvent associées à la psychologie… Et pourtant, nombre de grands psychologues ou philosophes étaient d’abord des mathématiciens… Les mathématiques c’est formidable.

Vous avez écrit toutes vos peurs. L’ensemble de vos peurs forment un tout… Un 100 %. Ce que vous avez noté c’est 100 % de vos peurs. Même si vous rajoutez des peurs demain, cela ne pourra jamais faire plus de 100 % de vos peurs… Génial non ? Les mathématiques sont comme ça : clairs, précis, irréfutables.

C’est ce dont vous avez besoin en ce moment, de choses irréfutables… Parce que tout le reste l’est… Les consignes changent tous les jours, les choses à faire ou ne pas faire… Rien n’est vraiment sûr… Alors que les mathématiques si. C’est totalement sécurisé. Rien de bizarre n’arrive avec les mathématiques.

Donc maintenant que vous avez défini le grand ensemble de vos peurs… Vous pouvez faire des sous-ensembles. Vous pouvez classer vos peurs selon leurs ressemblances, comme si vous faisiez des familles de peurs.

D’abord, c’est très important de regrouper les peurs rationnelles dans un sous-ensemble différent des peurs irrationnelles. Les peurs rationnelles c’est de qui peut arriver, ce qui est vraiment dangereux… Les peurs irrationnelles c’est ce qui est terriblement improbable. Si vous avez du mal à distinguer les deux, vous pouvez téléphoner à un ami. En général quand on parle de ce qui nous fait peur à quelqu’un il est facile pour lui de savoir si cela peut arriver ou si c’est terriblement improbable.

Je vous donne volontairement un exemple dans un contexte qui ne vous concerne pas parce que la peur est très contagieuse donc si je vous donne des exemples qui vous concernent je risque de vous contaminer avec des peurs que vous n’avez pas !

Une antilope qui a peur d’une lionne quand elle se promène dans la savane c’est une peur rationnelle. L’antilope doit se méfier. Elle risque de se faire manger. Sa peur est utile, car elle l’aide à se comporter correctement pour se protéger.

Une personne qui a peur d’une araignée d’un millimètre, c’est une peur irrationnelle parce qu’une araignée d’un millimètre ce n’est vraiment pas dangereux. Je sais que vous allez réagir à cet exemple si vous avez une phobie des araignées… Mais justement une phobie, c’est une peur de quelque chose qui n’est pas dangereux. C’est bien de le savoir.

Ensuite, vous pouvez trouver d’autres points communs à ces peurs… Les peurs qui concernent les problèmes financiers, la gestion des conflits, la santé, les proches, les choses matérielles, l’avenir… À vous de voir les points communs dans tout ce que vous avez écrit.

Le grand ensemble de toutes ces peurs fait 100 % des peurs… Attribuez maintenant un % à chacun des sous-ensembles et à chacune des peurs à l’intérieur d’un sous-ensemble.

Attention, vous faites des mathématiques… Les mathématiques nécessitent un peu de rigueur… La somme de tous ces pourcentages ne doit pas dépasser 100 %… C’est le principe !

Plus vous avez de peurs différentes plus chaque peur est petite…

Vous pouvez faire plusieurs cotations progressives pour bien réussir à faire un total de 100. Dès que vous rajoutez une peur (à laquelle vous n’aviez peut-être pas pensé tout à l’heure et c’est bien normal), une autre peur doit diminuer aussitôt pour lui laisser de la place.

Une fois que vous avez bien coté toutes vos peurs… Prenez du recul… Regardez votre feuille de loin… Observez l’impact de ce travail sur vos sensations…

Nous y reviendrons dans quelques jours pour continuer à vous aider à faire face.

Elise Lelarge

Si vous en ressentez le besoin aujourd’hui vous pouvez écouter une autre séance d’autohypnose enregistrée sur le site ou faire un des autres exercices proposés… Des étirements ou un exercice pour développer votre créativité par exemple…

Par |2020-03-26T11:31:38+00:00mars 26th, 2020|Coronavirus|